Candidat à un premier emploi, méfiez-vous des traces que vous semez sur le Net ! Désormais, les recruteurs n’hésitent plus à pister leurs futurs salariés sur la Toile, via les moteurs de recherche ou les sites communautaires, en tête desquels Google et Facebook. Or, ce dernier foisonne davantage d’informations relatives à la vie privée et de données personnelles que de curriculum vitae.

Selon une étude d’août 2008 du cabinet de recrutement Robert Half, 94 % des DRH français recourent de moins en moins aux modes traditionnels de sélection, comme la vérification des CV. État-civil, études, centres d’intérêt, photos, vidéos, vie privée : Google, Facebook ou d’autres sites comme Copains d’avant sont une mine d’informations pour les recruteurs dans leur quête de l’oiseau rare. « Il est plus intéressant d’avoir des références autres que celles fournies par le CV. Internet permet de savoir ce que la personne a pu faire par le passé », explique Thierry Verdier, chasseur de têtes au cabinet 1.001 Talents. « Pour recruter, nous passons par des cabinets. Ils utilisent tout ce qui est à disposition sur Internet pour recruter le candidat qui correspond au poste », reconnaît-on à EDF.